But et esprit de ce travail scénographique : fédérer les habitants, les inciter à s'interroger sur le corps, à travers l'handicap, la vieillesse et l'identité. Ainsi durant le festival, des bustes, des jambes et des bras peints envahissent l'avenue. Des bannières composées des bras entrelacés des habitants illustrent l'union et le rassemblement de ces derniers autour de ce projet. De plus, 10 000 formulaires ont permis d'élaborer la fiction urbaine à la base de l'histoire et de l'allure des deux marionnettes géantes, grâce aux attentes et aux demandes des Suresnois.